Dès mardi prochain, soit deux jours après le scrutin référendaire, pas moins de 383 472 élèves  reprendront le chemin de l’école à travers la wilaya d’Oran, sur fond de rebond du Covid. Des écoles utilisées à chaque rendez-vous électoral en bureaux de vote, cette fois-ci, sous fond d’une pandémie qui s’aggrave. Soit plus de risques pour les enfants, triste constat d’une reprise qui « ne sera pas très sereine cette fois. Comme de coutume, le ministère de l’Education a mis la majorité des écoles primaires au service de l’autorité nationale indépendante des élections(ANIE) chargée  de la préparation matérielle du référendum sur la révision de la constitution. On ne sait pas trop comment ça va se passer, il y a beaucoup de points d’interrogation, « Nous avons encore très peur de ce virus et le fait que l’épidémie ait rebondi nous inquiète. Nous ne savons pas encore si nous permettront à nos enfants de regagner les bancs de l’école « , nous disent des parents inquiets. Une reprise à hauts risques alors que l’épidémie du coronavirus n’est pas encore terminée et un vrai casse-tête pour les parents et les enseignants. L’on ose même pas imaginer le nombre de fréquentation par école, durant ce scrutin, sachant le risque de transmission important dans ces lieux de regroupement massif. Un jour suffira t-il pour désinfecter les près de 600 écoles que compte la wilaya ? Faudra-t-il ignorer le principe, éprouvé par nombre d’autres pays dans le monde, selon lequel les écoles confinées les premières doivent être les dernières déconfinées ? Y a-t-il un risque de regrouper les enfants alors que la contagion reste controversée voire mystérieuse selon les épidémiologistes ?  Force est de dire qu’en réalité, nos pouvoirs publics ne tiennent compte d’aucun principe de prévention, moral ou scientifique soit-il. Toutes ces questions et bien d’autres encore agitent depuis plusieurs jours les parents d’élèves, les enseignants et toute l’opinion publique redoutent  ce retour en classe  encore plus inédit que la rentrée de la semaine dernière. Auront-ils le temps de reconduire un nouveau protocole préventif, ou même de remettre les classes en ordre en un seul jour (la journée du lundi), étant donné que le ministère de l’éducation a décidé  de reporter de vingt-quatre heures la rentrée scolaire au mardi 3 novembre. La seule réponse positive que l’on peut donner, pour l’heure, c’est qu’un protocole similaire ou plus pointu à celui de la rentrée s’impose avec un réaménagement des classes, ce qui ne peut se faire en en un (01) jour.

Hadj Hamdouche

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici